Des appels vidéo, des mini-bingos à moins de 5 personnes : les foyers de soins de longue durée s’organisent.

Les autorités de santé le rappellent chaque jour : les personnes âgées sont particulièrement vulnérables à la COVID-19 et devraient, le plus possible, rester chez elle. Les foyers de soins de longue durée ont donc restreint les visites, privant les résidents d’un contact avec leurs proches souvent primordial. Mais déjà, des solutions de rechange émergent.

Depuis son lancement en 1995, le tournoi de golf annuel du Foyer Richelieu attire son lot de participants enthousiastes. L’édition 2019 marque cependant un tournant :

« Chaque année, on en a de 100 à 120. On a augmenté et c’est notre meilleure année pour le nombre de golfeurs », commente Daniel Keays, directeur du développement et des relations avec les donateurs à la fondation Fonds Foyer Richelieu. En effet, avec 128 participants, le tournoi de golf du 11 septembre dernier a connu une affluence jusqu’ici jamais égalée.

La population vieillit et c’est particulièrement le cas des Franco-Ontariens. Le gouvernement et les multiples institutions et organismes qui se consacrent aux personnes âgées doivent donc se préparer aux conséquences de ce changement démographique. À Welland, le Foyer Richelieu n’échappe pas à la règle et, au printemps 2018, ce centre de soins de longue durée pour francophones annonçait avoir reçu l’autorisation de passer à une capacité de 128 lits d’ici à 2022.

Construction of a $30-million « campus » for seniors will begin in about two years in Welland.

Representatives from Foyer Richelieu addressed city council earlier this week to promote the Touching Lives Campaign, an effort that has a goal of raising $5 million of that final price tag – the rest being funded by the provincial government.